Les différentes mentions sur l’étiquette de miel

Une étiquette de miel contient différentes informations cruciales sur le produit. Ce sont par exemple les origines du produit, la composition ou encore les allergènes et autres. Voyons-en plus sur les renseignements que contient une étiquette.

Les mentions obligatoires sur l’étiquette de miel

Il faut déjà retrouver une dénomination de vente sur une étiquette de miel. S’agit-il d’un miel en rayon, d’un miel filtré, d’un miel de miellat ou d’un miel de fleurs…

A lire également : Beurre de tourage en pâtisserie : secrets et avantages d'utilisation

Cette dénomination peut être complétée par d’autres indications sur l’originale végétale ou florale du produit. On parle ici du miel de sapin, miel d’acacia… De même, il faudrait trouver des renseignements sur l’origine topographique ou territoriale du miel. Cette mention complémentaire ne doit pas induire l’acheteur en erreur. Pour vos consommateurs,  choisissez des étiquettes pour pot de miel qui reflètent la pureté et l’origine naturelle

La quantité nette à lire sur l’étiquette

Sur une étiquette de miel, on trouve encore la date de durabilité. Elle est annoncée via la mention ; « à consommer de préférence avant… ». On trouvera le mois et l’année de consommation. De même, certaines informations sur le fabricant y sont lisibles. Ce sont :

A découvrir également : Recette soupe à l'oignon française : secrets des bistrots pour réussir

L’adresse ;

La raison sociale ;

Le nom ;

Le lot de fabrication ;

La liste des ingrédients pour sa part n’est pas exigible, mais il faut quand même signaler la composition du miel (miel de thym, miel de lavande…). De surcroît, on devrait y retrouver les signes de qualité comme IGP, AOP, Agriculture bio, Label Rouge…

Les expressions variées

Sur un pot de miel, on retrouve certaines expressions comme « miel crémeux », « miel mille fleurs », « miel liquide », « miel doré »…  Elles sont utilisées à titre informatif pour parler d’un miel qui vient de la nature. Le miel est certes liquide lorsqu’on l’extrait. Mais il se cristallisera assez vite. Cela dépend des conditions d’entreposage et de la variété. Le miel baraté ou crémeux par exemple consiste en un miel qui a été malaxé à froid et qui se fait cristalliser. Il acquiert une texture onctueuse, idéale en tartinade.

Il faut encore parler des expressions non autorisées et on ne doit en aucun cas les trouver sur une étiquette de miel. Tel est le cas de l’expression « 100 % miel », ou encore de « miel pur ». De même, il ne faut pas qu’on y trouve « miel de terroir » ou « miel et gelée royale ». Par contre, si la préparation contient vraiment de la gelée royale, il faudra préciser les pourcentages dans la liste des ingrédients.

Le miel à la truffe pour sa part ne doit faire l’objet d’aucune additions de produits alimentaire. S’il s’agit d’un cas particulier, la dénomination de vente descriptive est utilisée. Par exemple, on écrira « préparation à base de truffe blanche et de miel ».

Parlons aussi de la mention du pays d’origine en prenant l’exemple de la Crète. Cette indication territoriale ne peut être mentionnée que comme complément d’information. Une région connue a sein d’un État membre ne l’est pas forcément dans d’autres États.

Les apiculteurs doivent entre autre rajouter le logo « Triman » sur l’emballage. Ce dernier est obligatoire. Il en est de même pour les éléments d’emballage comme le pictogramme et le texte.

 

ARTICLES LIÉS